À la une


 

 

Des produits chimiques dans nos assiettes

 

 

12 membres d’une même famille meurent des suites d’une intoxication alimentaire à Didyr

 

 

 

Une famille a été victime d’une intoxication alimentaire à Didyr dans la province du Sanguié. Du 1er au 4 septembre 2019, ce sont au total 12 de ses membres qui ont malheureusement perdu la vie. Cette intoxication est liée à la consommation d’une céréale qui a servi à la préparation du repas familiale.  Cette céréale était  contaminée par un pesticide chimique. Cette intoxication n’est pas la première du genre au Burkina Faso. La vente incontrôlée et l’emploi abusif des produits chimiques dans l’agriculture sont lésions ; mettant du coup en péril la vie des acteurs de la chaine alimentaire.

 

Les pesticides chimiques sont nuisibles, on ne se cessera pas de le répéter. Le cas d’une famille endeuillée à Didyr, commune située au centre-ouest du Burkina Faso, le témoigne malheureusement. « C’est une vingtaine de personnes qui a été contaminée et il y a eu 12 morts. Deux personnes sont hospitalisées au CHU de Bogodogo dont une personne dans un état critique et il y a 6 personnes sous surveillance », a déclaré la ministre de la santé Léonie Claudine Lougue /Sorgho à la date du 04 septembre 2019. Ce drame serait parti, de la consommation d’un met local « Gnongon » fait à base de céréales lors d’une festivité. À l’issue d’une analyse, les prélèvements biologiques du laboratoire national de santé publique, révèle que les céréales utilisées étaient intoxiquées aux organochlorés c’est-à-dire des pesticides. Selon le Faso.net, le mil en question était un restant de semences, que le chef de famille avait déposé dans la maison, juste après la période des labours. « C’était de la semence traitée avec des produits de la rue que les paysans aiment acheter, aux fins d’empêcher que leurs semis soient attaqués par des oiseaux, des insectes ou autres nuisibles », confie le maire de la commune, Baguinema Bakuan. Des produits dont même les services compétents ignorent la composition, ajoute-t-il.[1]

 

En 2017 à la même période, une famille de cinq membres avait perdu la vie après la consommation de feuilles cueillies dans leur champ. Le champ avait été traité au préalable avec des pesticides chimiques. Ce drame s’est produit dans le Kénéko à Bassi dans la province du Zandoma. Ces faits accablants démontrent la gestion non sécurisée des pesticides avec comme corollaire des risques importants pour les utilisateurs, les consommateurs et l’environnement.

 

Le manque d’information et l’ignorance conduisent à une utilisation abusive des pesticides. Le Secrétariat de la convention de Rotterdam a mené en 2010 une analyse des pratiques agricoles au Burkina Faso[2]. Cette analyse a mis en exergue le fait que les producteurs ne mettaient pas en œuvre les bonnes pratiques agricoles. En effet, il y a un non-respect des doses de produit et du calendrier de traitement, un emploi de produits à des périodes où cela est déconseillé, un mélange non recommandé de produits, un non-respect des attitudes hygiéniques conseillées lors des traitements, une mauvaise élimination des restes de produits et des emballages vides.

 

Pour y remédier, l’agriculture biologique et l’agro écologie sont des alternatives sûres. Les avantages de cette agriculture ne sont plus à démontrés. C’est une production économique, respectueuse de l’environnement, ce sont des produits sains et nutritifs qui préservent la santé du consommateur.

 

Des acteurs œuvrant dans ces domaines il en existe.  Et ils abattent un travail rigoureux afin de garantir aux consommateurs des produits sains et la protection tant de leur bien-être que de l’environnement. Et dans cette quête perpétuelle du respect de la biodiversité, le Conseil National de l’Agriculture Biologique (CNABio) qui est une association faitière regroupe de nombreux acteurs de l’Agroécologie et de l’Agriculture biologique. Sa mission est de promouvoir l’agriculture biologique et l’ l’agroécologie au Burkina Faso. Il s’engage donc dans le renforcement des capacités des acteurs, le développement du marché, le réseautage et le plaidoyer. Il a développé le BioSPG (Système participatif de Garantie) qui est un label bio national. Il est un système d’assurance qualité orienté vers une production locale pour une consommation locale. C’est un outil qui permet de garantir qu’un produit agricole ou une denrée alimentaire est conforme aux exigences de la norme burkinabè en agriculture biologique. Ainsi produire et consommer bio est possible.

 

 

 

 

 

Les organochlorés sont des toxiques neurotropes qui altèrent le fonctionnement des canaux sodium indispensables à la transmission de l'influx nerveux. Un composé organochloré ou un hydrocarbure chloré est un composé chimique organique. Ils sont utilisés pour leur action insecticide ou pesticide. Certains types de composés organochlorés ont une toxicité significative chez les plantes ou les animaux, y compris l'homme. L'emploi des organochlorés est réglementé car leurs effets sur la nature ne sont pas sans conséquence. [3]

 

 

 

 

Symposium international de la FAO sur l’Innovation agricole au service des agriculteurs familiaux

Le CNABio présente le Système Participative de Garantie SPG à Rome du 21 au 23 Novembre 2018

Au siège de la FAO à Rome se tient du 21 au 23 novembre un symposium international sur l’Innovation agricole au service des agriculteurs familiaux. Ce symposium a comme thème : Libérer le potentiel de l'innovation agricole pour réaliser les objectifs de développement durable.

 

Le BioSPG du CNABio a été identifié par le projet CDAIS, (Renforcement des capacités pour les systèmes d’innovation agricoles) en 2016 comme situation d’innovation au Burkina. Ce projet pilote de la FAO est financé par l’union européenne et mise en ouvre au Burkina par le CIRAD en collaboration avec la FAO et l’état Burkinabè.

 

Depuis, CDAIS renforce les capacités du CNABio et de ses partenaires à s’engager dans des processus politiques pour impliquer d’avantage les services publics dans la promotion de l’AB, ainsi que leurs capacités à fédérer les différentes initiatives d'appui à l'agroécologie pour renforcer les compétences des producteurs et augmenter la production biologique.

 

La présentation du SPG au symposium est signe de réussite de cette collaboration et souligne l’importance que les acteurs accordent à cet outil de promotion d’une agriculture durable.


La foire Eco-Bio: 2ième edition!

Du 30 Novembre au 2 Décembre 2018 à l'IPD-AOS, Ouagadougou

 

La foire Eco-Bio à comme objectif de rapprocher les consommateurs et les producteurs des produits biologiques et écologiques.

C’est l’occasion idéale de passer un moment convivial dans le monde du Bio au Burkina Faso et de s’approvisionner en produits sains et naturels.

 

Programme :

Vendredi 30 Novembre

  • 12h à 20h Exposition
  • 13h à 22h Restauration et Animation
  • 16h à 18h Animation enfant et jeunes

Samedi 01 Décembre

  • 8h à 20h Exposition
  • 9h à 22h Restauration / Animation - Prestations d’artistes
  • 9h à 17h Animation enfant et jeunes

Dimanche 02 Décembre

  • 8h à 19h Exposition
  • 9h à 19h Restauration / Animation - Prestations d’artistes
  • 9h à 17h Animation enfant et jeunes

 

Situation géographique :

L’IPD-AOS est situé vers l’échangeur de l’Est en direction de Fada N’Gourma, entre la station SHELL et le Bumigeb


A revoir: La foire Eco-Bio de Lombila - du 24 au 25 mars 2018

Où trouver les produits BioSPG ?


Publications récentes


Télécharger
Fenop Info Edition Spéciale Semences
Spécial semences_vf.pdf
Document Adobe Acrobat 1.7 MB
Télécharger
ROPPA-PAFAO-JAFOWA Forum N° 6 "« LABELLISATION ET OUTILS D’IDENTIFICATION DES PRODUITS LOCAUX » SYNTHÈSE
discu-6-synthese-labellisation-cdr.pdf
Document Adobe Acrobat 237.6 KB
Télécharger
ROPPA-PAFAO-JAFOWA - Forum N°5 «Mise en marché des produits agroécologiques» - Synthèse
ROPPA-PAFAO-JAFOWA - Forum N°5 «Mise en
Document Adobe Acrobat 152.1 KB

Spot Radio pour les Produits Biologiques


Pourquoi consommer du Bio? Ecoutez! 

Merci TallMedia pour la réalisation.

Télécharger
CNabio_spot_final.mp3
Fichier Audio MP3 2.4 MB

Contact


N'hésitez pas à demander l'inscription à la newsletter de CNABio !

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.

Téléphone: (00226) 25 36 61 33